281 personnes nous soutiennent déjà

Ci-dessous, vous pouvez lire ici un aperçu des avis que nous avons reçus.

Merci de nous laisser le vôtre ICI

Vous nous soutenez et nous vous en remercions !

281 personnes https://pilulesfrance.com/antibiotique/azithromycine-250-mg/ et vous !...

Agostini Mirella    St-Pieters-Leeuw
Aimar Nathalie    Sombreffe
Alexandre Olivier    Schaerbeek
Anne Simon    Bruxelles
Aubecq Yves     Hyon
Auvens danielle    Silly
Ballieux Claire    Ramillies
Baltes Muriel    Bomal
Baltes Muriel     Ramillies
Barbier Béatrice    Namur
Bassem Caroline    Bruxelles
Bauraind Catherine    Bruxelles
Baussart Bruno    Montigny Le Tilleul
Bayer Pascale    Mehaigne
Behen Isabelle    Feluy
Bellière Gautier    Nivelles
Berger Yvette    Bomal
Bernard Françoise     Hyon
Bertulot Nadine    Bruxelles
Bifolchi Eva    Bruxelles
Bifolchi Vincenzo    Wezembeek-Oppem
Blomart Jeannine    La Hulpe
Bodart Olivier    Court-Saint-Etienne
Bonhivers Marcel    Seraing
Borzée Sven    Bruxelles
Bossier Jacqueline    Mons
Boucquey Christine    Nivelles
Boufler    Sylvia
Bourdoux Marc    Namur
Bourlard Dominique    Mons
Bourlée JC    Céroux
Bouton René    Ceroux-Mousty
Braine Luc    Liège
Brichant Alain    Jette
Brillon Brigitte    Chastre
Brodkom    Bruxelles
Brodkom Christian    Chastre
Brumagne Joëlle    Braine L'Alleud
Brusselmans Petra    Lasne
Bruyndonckx Francis    Bruxelles
Brysens Karin    Meerbeke
Bury Jacques     Charleroi
Cappart Véronique    Wavre
Carlier Patrick    Spy
Casterman Laurent    Huy
Chaidron Anne    Louvain-La-Neuve
Charlier  Pierre    Bruxelles
Charlier Béatrice    Uccle
Charlier Geoffroy    Mont-St-Guibert
Claessens Jean    Wavre
Close Marc Gabriel    Wepion
Colin Axel    Jette
Collet Didier    Auderghem
Cornant Héléna    Herchies
Cosy André    
Couturiaux Marie-Claire    Mons
Crombez Jean-Pierre    Bruxelles
D'Haeseleer Anita    Corbais
Da Cunha Maria    Liège
Daerdenne Chantal    Binche
Danguy Claudine    Braine L'Alleud
Danielle Croisiaux    Evere
Dans Etienne    Grez-Doiceau
Daubie Eric    Peissant
Daw Loubna    Bruxelles
De Decker Benoît    Miécret
De Hemptinne Marie Graziella    Ohain
De Mulder Aurore    Bruxelles
De Radzitsky Gatien    Genval
De Ranter Isabelle    Bruxelles
De Roover Pierre    Mettet
De Saeger Catherine    Bruxelles
de Wilde Cécile    Enghien
De Wilde Jean-Luc    Court-ST-Etienne
Debaisieux Laurence    Mons
Deblonde Martine    Boortmeerbeek
Debouny Edmond    Dison
Debus Denis    Fosses-la-Ville
Debus kateryne    Hyon
Deconinck Frédéric    Nimy
Delannoy Adrien    Wavre
Delbrassinne Andrée    Rixensart
Delhaye Isabelle    Trooz
Delsarte Jean-François    Liège
Demesmaeker Kristel    Villers-La-Ville
Demey Marc    Bruxelles
Demunter Eliane    Bruxelles
Destrycker François    La Hulpe
Di Gloria Marie    Ottignies
Docteur Cauchies Jérôme    Mons
Docteur Patrick Mesters    Uccle
Donnadille Véronique    Bruxelles
Donnez Xavier    Bruxelles
Doornaert Alain    Bruxelles
Doornaert Emmanuel    Louvain-La-Neuve
Doornaert Thierry    Bruxelles
Dormal Robert    Eghezée
Doutrewe Caroline    Liège
Dubois Miriam    Bruxelles
Duboisdenghien Martine    Hennuyères
Dumont de Chassart Poussy     Waterloo
Dumont de Chassart Reginald    Waterloo
Dumont Sophie    Nivelles
Dumortier Marie-Hélène    Mons
Dupriez Ygaëlle     Tintigny
Dupuis Nao    Blanmont
Durdu Olivier    Overijse
Durieux Anne    Chaumont Gistoux
Eemans Pierre    Schaerbeek
Eliat Bruno    Walhain
Fobe Marguerite    Bruxelles
Fries Vincent    Vedrin
Gariup Laurence    Bray
Gaspar Daniel    Rixensart
Gattegno Corinne    Sart-Risbart
Geerinckx Marion    Chastre
Genel Anne-Françoise    Kraainem
Gerard Anne    Bruxelles
Gerouville Patrick    
Ghuisoland Alfred    Nimy
Gilleman Françoise    Braine L'alleud
Gillin Sophie    Bruxelles
Gilliot Claire    Court st-Etienne
Gillon Daniel    Hennuyères
Gnych Aurélie    Waterloo
Goffinet Luc    Genval
GrandJean    Rhines
Gribomont Marie    Louvain-La-Neuve
Guffens Jean-Christophe    Bomal
Guibert Ariane    Bruxelles
Guiot Vivian    Libramont- Chevigny
Guisset Dominique    Bruxelles
Habay Regine et Manu    Ottignies
Hainaut    Uccle
Hanon Françoise    Wavre
Hélin Chantal    Steenhuffel
Helvenstein Vinciane    
Hofmans V    Bruxelles
Hollela Caroline    Gembloux
Hubert alain    Waremme
Hurdebise Jean-Cyrille    Trois-ponts
Huys Jacques    Bruxelles
Incoul Edmond    Arlon
Jacque Xavier    Bassilly
Jacques de Dixmude Antoine    Bruxelles
Jans    Wépion
Jans Rachel    Wépion
Jeegers Patricia    Nivelles
Julie Godart    Bruxelles
Kensier Marie    Nivelles
Kockelmeyer Isabelle    Mont-St-Guibert
Kreula Nathalie    Chastre
Laasman Michel    Baisy-Thy
Lachapelle Marie    Waterloo
Laffineur Jacques    Louvain La Neuve
Lambert Bernadette     Hamme-Mille
Lambillotte Pascale    Binche
Lassoie Louisette    Mons
Le Corbesier Anne    Bruxelles
Le Maire Claude-Anne    Bruxelles
Lebacq Benjamin    Ronquières
Lebacq Quentin    Waterloo
Leclercq Estelle    Estaimpuis
Leduc Florence    Floriffoux
Ledure Francis    Sprimont
Leemans Christel    Ottignies
Lefebvre Marc    Namur
Lefevere Jean    Sirault
Lenssen Martine    Bruxelles
Léonard P.     Wezembeek Oppem
Léonet     Rixensart
Leonet Jean-Pierre    Rixensart
Leroy Nicolas    Leuven
Libert Jacqueline    Mons
Lieutenant Christian    Bruxelles
Linard Joseph    Gingelom
Lindemann Irène    Bruxelles
Lohest    Blanmont
Lomartire Gelsomina    Liège
Lorent Nadia    Elouges
Lorz Bettina    La Hulpe
Louant Marie-Pierre    Seraing
Mahia Marie-Françoise    
Mahieu Albert    Wavre
Marcelis Laurent     Incourt
Marez Victor    Sart-Risbart
Meeùs Xavier    Burdinne
Mertens Anne    Wemmel
Mertens Dimitri    Waterloo
Mertens Donatienne    Bruxelles
Merville Anne-Marie    Wezembeek-Oppem
Meyers Jean-Michel    Chaumont
Minne Isabelle    Court-Saint-Etienne
Mommen Corinne    Chastre
Monnom Olivier    Mont-St-Guibert
Moyson Nicolas    Bruxelles
Muller Jacques    Wavre
Muriel Lossy    Nivelles
Myriam Le Roux    Bruxelles
Neji Cathy     Rixensart
Noel Kevin    Bruxelles
Noizet Jeremie    Mons
Orban Alexandre    Ottignies LLN
Oth Christine    Ottignies
Paeme Stéphanie    Bruxelles
Papageorgiou Nicolas    Bruxelles
Parisse André    Floreffe
Parmentier Ingrid    Bruxelles
Parmentier Olivier    Mellery
Pascale Florence    Erezée
Patrick Van Staen    Braine L'Alleud
Peeters Delphine    Bruxelles
Pierre julien    Liège
Pirard Géraldine    Bruxelles
Piras Giovanna    Flénu
Pirlot Emilie    Genval
Pirnay Georges    Chastres
Platteau Christine    Sirault
Prévost Stéphanie    Waterloo
Raucent Marie-Luce    Oteppe
Remisz Richard    Saint-Symphorien
Renault Gaëlle    Wavre
Richelot Sabine    Rosières
Richez Martin    Dour
Richir Fabian     Bruxelles
Rocour Kathleen    Bruxelles
Rogier     Chastre
Rolin Manuela    Overijse
Rombaux Christian    Schaerbeeck
Rutsaert Anne-Sophie    Lonzée
Saussez Patricia    Wavre
Saussez Véronique    Jurbise
Saussez Virginie    Sirault
Sautelet Marie-Françoise    Ottignies
Soblet José     Bruxelles
Sondag Caroline    Wavre
Sosson anouk    Bruxelles
Soudant andré    Nivelles
Soudant Jean-François    Wavre
Stals Jean    Liège
Steurs Françoise    Bruxelles
Swartenbroekx Nathalie    Waterloo
Szelubski Annette    Bruxelles
Teller Godelieve    Louvain-La-Neuve
Thiran A.M.    Bruxelles
Titeux eric    Trooz
Torres Guerreiro Hugo    Anhée
Tourailles Daniel    Soignies
Trine Pascale    Bruxelles
Turine Francis    Spy
Van den Bril    Bruxelles
Van der Perren Christy    Marbais
Van der Wilt Maxime    Wemmel
van Doorslaer-Goethals Charles    Houdemont
van Doorslaer-Goethals Nancy    Houdemont
Van Hove Magali    Rosières
Van Wassenhove André    Zaventem
Vandendries Véronique    Bruxelles
Vander Elst Timothy    Brussel
Vanhecke Marianne    Wavre
Vantieghem Nathalie    
Verbrouck Hughes     Wavre
Verdin Christiane    Arlon
Verhaegen Colienne    Tervuren
Verhoestraete Pascale    Ardooie
Verwilghen Damien    Rixensart
Vincke Isabelle     Bruxelles
Vizet Dominique    Asse
Vuerinckx hantal    Ottignies
Waiengnier David    Bruxelles
Walravens Catherine    Rhode-St-Genèse
Wantier Jacques    Lens
Wautier Véronique    Walhain
Wilkin Myriam    Wavre
Willems Agnès    Nivelles
Wilmotte sandrine    Rhode-saint-genèse
Wittouck Anne-Sophie    Ronquières
Wouters    Bruxelles
Wygodzki    Bruxelles
Xhrouet Michel    Ramillies
Zens Andromaque    Bruxelles

 

Quelques témoignages et commentaires déposés sur le site

  • Et pendant ce temps les jeunes handicapés attendent toujours un transport décent.
    La Wallonie débloque 47 millions pour avoir son centre de protonthérapie
    (la NVA jubile ! Le PS est vraiment son meilleur agent de promotion)A la demande du président  bourgmestre de Charleroi et avec un profond silence complice des tous les partis francophones ! on trouve 47 millions pour un appareil de prestige alors qu'un même centre est prévu à Leuven.
    Quelle triste région ? raciste linguistique ?

  • Aussi enrichissante puisse-elle être pour les parents, les contraintes qu'impose l'éducation d'un enfant handicapé sont souvent lourdes, voire très lourdes.

    Quant à cela s'ajoutent des trajets BXL-province ou province-BXL de grand matin, cela s'apparente vite à un véritable calvaire que les parents se mettent un point d'honneur ou se résignent à endurer, bien sûr...

    Mais à quel prix ? Et les exemples ne sont pas rares !

  • Le bus de ma fille prend 1 h 3/4 pour un trajet de 20 min !

    On devrait pouvoir faire mieux...

  • Nous sommes les parents d’un jeune adolescent, 13 ans, qui présente un retard psychomoteur diagnostiqué et suivi médicalement depuis sa petite enfance.
    Vu ses retards d’apprentissage, il n’est pas capable de suivre un enseignement ordinaire et a été inscrit dès les premières années primaires à l’école Escalpade de type 4 à Louvain-La-Neuve.
    Cette école est distante de notre domicile de 8 km.

    Cependant vu nos horaires professionnels il ne nous est pas possible de l’y conduire nous-mêmes tous les jours et nous avons dû faire appel au transport scolaire.
    Nous voudrions attirer votre attention sur les conditions pénibles de ce transport scolaire.
    Pour arriver à l’école à 8 h 30, le bus passe chercher notre enfant à 7 h du matin, ce qui fait un trajet d’une heure et demie pour quelques kilomètres parcourus normalement en 15min.
    Il en est de même au retour, soit 3heures de trajet par jour pour se rendre à l’école et en revenir... Ce qui n’est pas sans occasionner un surcroît de fatigue chez des enfants qui ont plus de difficultés à apprendre.
    La longueur du trajet semble due au parcours nécessaire pour aller chercher tous les enfants présentant un handicap semblable et habitant la région, parfois assez loin de l’école.

    (suite au 5 ...)

  • (début au 4 ...)

    En ce qui nous concerne, nous avons décidé d’éviter au maximum des transports prolongés et répétés à notre enfant, et avons fait le choix de diminuer notre temps de travail pour être les plus disponibles possible.
    Notre fils ne doit plus prendre le bus qu’une fois par semaine.
    Ce jour-là, il doit se lever à 6 h du matin.
    Et le soir, pour aller le rechercher comme il ne nous est pas toujours possible d’arriver à la fin des cours, il doit souvent nous attendre à la garderie.

    Cela lui fait une seule longue journée par semaine.

  • Je partage les vives préoccupations concernant ces transports scolaires et m'insurge devant un tel scandale, une grande maltraitance, si peu de bienveillance.

     

    J'attends une prise de position politique humaine, décente, et responsable.

  • Comment est-il possible de nos jours d'envisager encore aujourd'hui que certains enfants passent des heures par jour pour se rendre à l'école !


    Aucun adulte ne serait capable de le supporter alors comment pouvoir l'exiger de la part d'enfants...

  • C'est une véritable torture morale d'obliger un enfant handicapé de rester calme pendant autant d'heures dans un bus scolaire.

  • Les conditions de transport décrites par des responsables d'écoles de l'enseignement spécialisé sont inhumaines.
    Elles ne permettent pas à ces écoles de remplir leur mission de formation et d'éducation de leurs élèves.

    Les responsables de cette situation sont indignes de la mission que les électeurs leur ont confiée.

  • Que le politique puisse distinguer l'indispensable de l'accessoire...

  • L'urgence est là !

    La plupart des enfants, s'ils vont en enseignement spécial, c'est souvent aussi pour cause de troubles du comportement (agitation...).
    Rien de tel donc que de les promener pendant parfois 2 fois 1 h 30/jour en, car scolaire où ils doivent restés assis !
    Ils arrivent alors à l'école tout détendus, disponibles à un apprentissage de type scolaire.

    Bref, le système actuel renforce les difficultés des enfants et est totalement irrespectueux.

  • Je trouve cela scandaleux la façon dont on traite nos enfants handicapés.

    Pourquoi n'ont -ils pas le droit d'avoir les mêmes avantages qu'une autre personne ?

    Ma fille de 12 ans passe plus de 6 heures dans le car chaque jour, et cela, depuis plus de 4 ans. Elle se lève à 5 h du matin et rentre à 18 h 30.
    Le pire dans tout cela c'est que durant les vacances scolaires aucun moyen de transport n'est assuré ce qui la prive de ses thérapies
    et c'est une très grande source d'angoisse pour elle..!!!!

  • Grand-mère d’une élève concernée qui fait plus ou moins 6 h de car par jours pour aller à l’école !

  • Accompagnateur, desservant un itinéraire très complexe, je tiens a apporter mon témoignage, sur les abominables, inhumaines, mais aussi irresponsables initiatives de bureaucrates vissés imperturbablement à leur fauteuil, dont la plupart n'ont aucune conscience de leurs actes, en exigeant sans possibilités de détour, de changement, de recours, quant à une modification d'attribution de prise en charge d'élèves.

    Notre circuit, est le champion toutes catégories confondues:  records de longueur en kilomètres, en temps, complexité d'itinéraire (que nous avons du adapté au fur et à mesure selon les "avis de prises en charge, arrivant au compte-goutte, durant le premier mois de l'année scolaire).
    En écrivant ces quelques lignes, je suis conscient des retombées qui pourraient me valoir des sanctions disciplinaires de la part de mon employeur, car je n'ai jamais l'habitude de mâcher mes mots, et mon manque de diplomatie, m'a déjà valu des remontrances de la part de la hiérarchie.
    Les innombrables propositions d'améliorations du circuit sont toujours restées sans réponse, quand un petit changement est intervenu, ce n'est que pour compliquer la tâche, car, c'est un élève en plus qui habite hors zone de circuit prédéterminé, soi-disant que le regroupement de certains élèves est impossible ? Je puis vous assurer que nous avons modifié le trajet selon les prises en charge, nous arrivant au fur et à mesure, car jamais personne ne nous a indiqué (selon l'ajout) quel itinéraire  suivre.

    (Suite au 15 ...)

  • (...début au 14)

    Pourtant, nous ne pouvons en aucun cas prendre une initiative, quelle soit, mais sans directives, nous devons transgresser le règlement de manière récurrente.
    Je dénonce l'attitude d'inertie et la lenteur des prises de décisions pourtant urgentes pour ces enfants pénalisés par des gens incompétents, qui agissent arbitrairement sans s'enquérir d'avis de gens de terrain, tels que chauffeurs, convoyeurs(ses).
    Notre tâche est très limitée, mais non dénuée de responsabilités. Hors, la plupart des convoyeurs(ses) n'ont reçu aucune formation surtout pour ceux chargés de s'occuper d'enfants aux handicaps moyens et sévères.
    Combien savent réagir en cas de crise d'épilepsie ? Ce cas n'est pas rare, mais régulier.

    Ce qui précède, n'est qu'un petit aperçu des doléances, malgré le bon vouloir des membres des bureaux régionaux, qui eux aussi ont quelque part les pieds et mains liés, je leur tire mon chapeau, car ils agissent en conséquence de...!

    (...suite au 16)

  • (...suite du 15)

    Mon souhait le plus cher pour aider ces enfants pris en otage, est que nous soyons, nous, les acteurs de terrains, concertés et pas des laissés pour compte et de simples exécutants, notre avis vaut bien celui d'un directeur d'école, d'un représentant d'association et j'en passe.
    À tous les DÉCIDEURS, il plus qu'urgent de réformer le système des transports scolaires, de mettre plus de moyens à ces services, d'augmenter les établissements scolaires spéciaux (surtout en région bruxelloise), afin d'améliorer la situation dramatique et inhumaine dans laquelle sont plongés ces enfants qui n'ont pas demandé à être traité de cette façon en fréquentant "UN TRANSPORT HUMAIN" et non de bétail.

  • Je suis pédopsychiatre et ... en chaise roulante. Je me sens donc doublement concerné par le problème rencontré par ces enfants qui continueront à souffrir de cette maladie qui ne laisse aucune chance... l'indifférence.... si nous ne nous mobilisons pas tous pour eux. Il faudrait proposer aux hommes politiques d'aller voir ces enfants, d'être en contact avec eux et de leur prendre la main. L'envie d'agir leur viendra surement. La première chose à faire quand on veut aider quelqu'un c'est d'être touché par lui... aucune action politique ne naîtra sans cette évidence.

  • J'ai toujours cherché à éviter les longs trajets pour la scolarité de mes enfants (pourtant en parfaite santé), la journée d'école est bien assez fatigante comme ça.
    Alors infliger tout ça à des enfants handicapés, c'est honteux.
    Si les pouvoirs publics sont incapables d'organiser des transports courts, ne pourraient-ils au moins aider des initiatives privées en défrayant des conducteurs bénévoles par exemple, ou en rendant gratuits pour les parents les titres-services nécessaires ?

    Il y a là une obligation de résultat.

  • Nous luttons activement contre de telles conditions de transport depuis des années.
    Notre fille de 16 ans est I.M.C., atteinte d'une maladie génétique rare qui provoque une grande fatigabilité et souffre d'une terrible scoliose.
    Aménagement de nos horaires de travail et de notre vie de famille pour éviter qu'elle ne dépérisse à cause du transport scolaire ...

    Nous avons enfin été entendu en janvier 2009, et avons obtenu du précèdent ministre et de la Tec un transport adapté jusqu’en juin 2010 ! … Et après ???


    Des temps de trajet aussi long ... Je pense parfois bien tristement que pour le transport de bestiaux, GAIA serait déjà monté au créneau

  • Bonjour, oui, je trouve ignoble que ce groupe, parce qu'il n'est pas assez nombreux et qu'il n'a pas les moyens de se faire entendre, ne reçoive pas des soins adéquats. "Parquer" comme cela des enfants handicapés dans des bus pendant des heures, tous les jours, personne ne le voudrait pour ses enfants, ni pour lui-même. Comme je trouve aussi scandaleux que plus les enfants grandissent ou deviennent adultes, plus il est difficile de trouver une place (...)

  • Je partage les vives préoccupations concernant ces transports scolaires et m'insurge devant un tel scandale, une grande maltraitance, si peu de bienveillance. J'attends une prise de position politique humaine, décente, et responsable.

  • Pourquoi ces différences? Respect et dignité pour tout enfant!!!! Merci

  • Les conditions de transport décrites par des responsables d'écoles de l'enseignement spécial sont inhumaines. Elles ne permettent pas à ces écoles de remplir leur mission de formation et d'éducation de leurs élèves. Les responsables de cette situation sont indignes de la mission que les électeurs leur ont confiée

  • Grand mère d’une élève concerné qui fait +/- 6h de car par jour pour aller a l’école !

  • Je trouve cela scandaleux la façon dont on traite nos enfants handicapés. pourquoi n'ont -ils pas le droit d'avoir les mêmes avantages qu'une autre personne? ma fille de 12 ans passe plus de 6 heures dans le car chaque jours et cela depuis plus de 4 ans..elle se lève a 5h du matin et rentre a 18h30!! le pire dans tout cela c'est que durant les vacances scolaire aucun moyen de transport n'est assuré ce qui la prive de ses thérapies et c'est une très grande source d'angoisse pour elle..!!!!

  • L'urgence est là! La plupart des enfants, s'ils vont en enseignement spécial, c'est souvent aussi pour cause de troubles du comportement (agitation,...). Rien de tel donc que de les promener pendant parfois 2 fois 1h30/jour en car-scolaire où ils doivent restés assis! Ils arrivent alors à l'école tout détendus, disponibles à un apprentissage de type scolaire. Bref le système actuel renforce les difficultés des enfants et est totalement irrespectueux.

  • Que le politique puisse distinguer l'indispensable de l'accessoire...

  • Je ne suis absolument pas directement concerné par le problème et j'en mesure la chance tous les jours. Pour m'imaginer la souffrance des enfants handicapés il me suffit de voir la façon dont les transports en communs sont organisés dans notre belle Wallonie. 3 changements de véhicules et 2 heures de trajets pour parcourir 35 kilomètres. C'est déjà un calvaire pour un enfant "normal". Comment accepter la même chose pour un enfant en difficulté?

  • Les moyens existent, seule la volonté politique et les choix politiques n'existent pas. Mais ils existent certainement des hommes ou des femmes dans tous les partis politiques démocratiques qui pourraient se bouger un peu plus. Courage pour votre lutte.

  • Je viens de lire l'article paru ce jour dans "Le Soir". C'est vraiment honteux que l'on permette des parcours d'une telle longueur pour que ces enfants ou ces adolescents rejoignent leurs écoles. Je suis scandalisée quand je lis qu'un enfant doit dormir tout habillé pour être prêt aux petites heures du matin. J'espère qu'il y aura une amélioration dans cette "organisation" et que nos gouvernants auront un peu de cœur et seront enfin sensibles à cette situation insupportable pour les enfants et leurs parents.

  • Comment peut-on infliger de tels supplices à des enfants, de surcroit atteints d'un handicap ?

  • Je tombe de haut en lisant votre article dans Le Soir de ce 16 avril 2010. J'étais loin de soupçonner un tel état des lieux pour les transports scolaires et je tiens à vous signifier mon soutien dans ce combat pour les droits et la dignité humaine.

  • C'est un vrai scandale. Il faut mobilier l'opinion générale pour faire cesser ces agissements inhumains.

  • Diffuser le + largement possible (groupe Facebook?) Courage, avec tout mon soutien

  • Je suis maman d'une adolescente atteinte d'une IMC. Ma fille a fréquenté une école ordinaire durant ses études primaires, je la conduisais et allait la rechercher et je recevais des frais de déplacement de l'AWIPH pour ces trajets. A 12 ans, elle a dû suivre les cours d'une école d'enseignement spécialisé et le calvaire des transports en bus a commencé. 1h30 le matin + 45 minutes le soir et si j'assure les déplacements avec mon véhicule pas de remboursement via l'AWIPH puisque les trajets sont organisés par la Région Wallonne! Je la conduis quand même moi-même le matin et je perds 1/5 de mon temps de travail et j'assume les frais de carburant. Le bien-être de mon enfant en dépend car elle souffre d'une importante scoliose. Nous les parents n'arrivons pas à nous faire entendre pour nos enfants, avec d'autres nous avons déjà essayé plusieurs démarches et interpellations sans aucun résultat...

  • Je ne suis pas directement concernée par cette problématique, mais je soutiens les parents qui se trouvent dans cette situation pénible, et en particulier ma collègue Virginie.

  • En avant la politique, il est grand temps de réagir il est temps de percevoir l’essentiel, la recherche du bien-être et donner la chance à tout le monde pourquoi faut-il attendre, l'urgence est plus que présente,

    Je travaille chaque jour avec des élèves qui ont besoin de pouvoir bénéficier de prises en charges thérapeutiques après l'école (kiné, logo,...). Il est impossible pour les familles d'organiser ces thérapies avec les horaires imposés par le transport scolaire... et pourtant... la santé de ces jeunes en dépend !

  • Dans une société qui se dit avant tout sociale et démocrate, il est intolérable de voir le peu de soutien accordé aux plus faibles. Politiciens, réveillez-vous, agissez pour une action citoyenne dont vous serez fier ! Et de grâce associez les parents à vos décisions ! Le transport scolaire des enfants handicapés se doit d’être une priorité dans votre programme électoral, au même titre que la sécurité routière aux abords des écoles ! Merci d’avance. J’en profite pour embrasser ma petite KNL et Virg, sa maman. Bibizes à toutes les deux

  • Même un enfant en bonne santé ne résisterait pas a ce type de transport car passer sa journée enfermé dans un véhicule ne peut déboucher sur un environnement agréable et constructif. Quid des heures soi-disant scolaires dans ce contexte. Nous sommes choqués par cette indifférence politico-politique!!!!!

  • On ne peut que se sentir concerné quand on lit les témoignages... ces enfants ont non seulement la malchance de souffrir d'un handicap, mais en plus ils doivent subir des trajets qui n'en finissent pas... courage aux familles concernées

  • Nous sommes les parents d’une jeune fille qui suit un enseignement spécialisé depuis maintenant 4 ans. Elle est prise en charge une partie de la semaine par le service de transport du CPAS de notre commune. Nous avons rencontré des personnes de qualité qui s'occupent vraiment de son bien-être. C'est vrai que les trajets sont longs, et c'est parfois très difficile à vivre pour nos enfants, mais elle a beaucoup de chance d'avoir été prise en charge par des chauffeurs très humains et compétents. Je pense que malheureusement ce n'est pas toujours le cas! Je pense que toutes les communes devraient bénéficier d'un service de transport adapté pour nos enfants...tout ceci pour qu'ils aillent à l'école!

  • Je trouve cette situation scandaleuse et indigne d'un pays tel que la Belgique. N'importe quel adulte se refuserait de perdre autant de temps pour se rendre sur le lieu de travail, il ne serait pas très productif d'ailleurs; figurez-vous alors quel danger pour la santé des enfants atteints d'handicaps ou de troubles mentaux! C'est tout simplement honteux.

  • Ma fille qui avait 3 ans prenait le bus à 6h pour être à l'école à 8h15 et pour le retour ,il fallait à nouveau compter 2h15, sans embarras de circulation. Elle n'avait pas de jouets, pas à boire, pas à manger parce que c'était interdit dans le bus. Elle revenait tellement tard que je la mettais directement au lit. Quand j'ai interpellé la CoCoF, il m'a été répondu que c'était déjà une chance de pouvoir avoir un transport gratuit, que je pouvais conduire mon enfant moi-même si cela ne me satisfaisait pas, que je pouvais la changer d'école et en trouvée une plus proche du domicile. Quand on a un enfant handicapé de quel choix d'école dispose-ton? J’oubliais de préciser que nous habitons à Jette (Bruxelles nord) et que l'école était à Uccle (Bruxelles sud).

  • Je trouve que l'être humain a peu de valeur aux yeux de nos instance politique, alors que son rôle premier est d'assurer le bien être de chacun. Messieurs les Ministres seriez-vous dans le même cas avec votre enfant, pensez-vous que vous agiriez de la même sorte? Je ne le pense pas non. L'argent dépensé dans les discussions interminables du BHV et autre, vaut-il plus que ces enfants déjà « réduits » par malchance? Alors, s'il vous plaît ayez au moins la délicatesse et la décence de leur accordé ce petit plus pleinement justifier.

    PENSEZ A VOS ENFANTS.

  • En ma qualité d'inspecteur dans l'enseignement fondamental spécialisé (actuellement retraité), j'ai lutté pendant 25 ans pour que les élèves soient transportés de façon simplement humaine. Or on leur impose trop souvent des trajets d'une durée simplement inacceptable. Quels parents accepteraient que leur enfant fréquentant la première primaire passe chaque jour 3 heures, voire plus, dans un bus et arrive... fatigué à l'école. Quels parents accepteraient que leur enfant de 6 ans quitte le domicile avant 7 h pour y revenir après 17 h ? C'est pourtant la situation que connaissent de nombreux élèves pourtant handicapés. Et certains d'entre eux habitent à quelques kilomètres seulement de leur école mais ont la malchance d'être chargés parmi les premiers et reconduits parmi les derniers. Un vrai scandale !

  • Chaque jour, nous sommes impressionnés par le courage et la détermination de nos élèves : leur volonté d'apprendre, de comprendre et de s'ouvrir au monde est une véritable leçon de vie pour nous tous ! Vivre avec leur handicap est probablement leur premier combat, survivre au transport scolaire en est devenu un autre !! Ensemble, contribuons aujourd'hui à plus d'humanité et de respect pour ces adultes de demain !

  • Cette situation n'est pas acceptable, car c'est un manque de considération envers ces enfants. Je ne comprends pas qu'une solution ne soit pas encore trouvée.

  • Bravo et courage pour ce combat ! Vous avez raison il faut informer beaucoup de monde qui peut être ou non concerné... cela peut tous nous concerner un jour !

  • Des transports en commun plus nombreux et mieux équipés pour des élèves possédant un handicap mental ou physique, quoi de plus normal dans notre société qui se dit solidaire !

  • Je suis une enseignante spécialisée à la retraite et devenue grand-mère....Je suis INDIGNEE, comme citoyenne, comme enseignante, comme grand-mère de bientôt 4 petits-enfants qui un jour prendront, je le leur souhaite, le chemin de l'école... Cette situation est indigne de nos sociétés évoluées, elle est totalement discriminatoires vis-à-vis des enfants différents! Les droits de l'enfant ne sont pas respectés! 200 enfants sont concernés par cette mauvaise qualité de transport (selon le ministre PH Henry), c'est beaucoup trop! Il n'y aurait qu'un seul enfant qui souffrirait de cette négligence dans notre pays, que cela vaudrait la peine de se battre pour lui! Il y va de la sécurité de base dont ont besoin les enfants pour grandir et pour s'aventurer dans l'apprentissage! Je me souviens d'un autocar, qui avait été adapté et modifié pour le transport vers l'école spécialisée où je travaillais à Ottignies (vers 2003..): une vraie poubelle et sans chauffage!!!! Je me suis souvent demandée comment se passait le contrôle technique de cet engin... Parfois, l'accompagnatrice absente n'était pas remplacée, malgré la durée excessive du trajet d'un élève qui venait de Genappe (100 minutes pour arriver à Ottignies!!!)(...)

  • (... suite 50) Autre aberration: le transport scolaire refusait de charger le fauteuil roulant d'un élève s'il n'était pas présent (seule solution trouvée par les parents pour conduire eux-mêmes leur fillette, en voiture ordinaire et lui éviter de longs trajets insupportables) D'autres parents n'ont pas pu inscrire leur enfant dans l'école spécialisée de leur choix, à cause du même système de transport scolaire (obligation d'inscrire l'enfant dans l'école la plus proche!!!)! Où est la liberté de choix garantie par le Pacte Scolaire? Elle n'existe pas, à mon sens pour l'enseignement spécialisé.... La Ligue des Droits de l'Enfant avait déjà dénoncé cette situation, au début de cette décennie....Que cache ce refus politique de trouver des solutions depuis tant d'années????Ce problème n'intéresse-t-il pas l'électorat? Quid au bout de ce chemin infernal? Voir les parents se décourager et les contraindre, à l'usure, à inscrire leurs enfants dans une école de proximité? Là aussi, il n'y aura pas de moyens financiers pour soutenir les enseignants qui les accueilleraient dans leurs classes.... Bref, c'est bien la place de la différence qui est en jeu... Olov Palm n'avait-il pas écrit dans les années 80: "On mesure le degré de civilisation d'une société à la manière dont elle traite ses personnes handicapées..." Quand descendrons-nous dans la rue pour dénoncer l'inacceptable? Je suis prête à le faire, avec mes enfants et beaux-enfants, mes petits-enfants, tout comme je l'ai fait pour une autre situation tout aussi insupportable: à savoir celle des enfants vivant en centres fermés dans notre pays! Il est temps de construire une grande chaîne de solidarité pour que soient respectés tous les enfants du monde....

  • Mon fils se lève chaque jour à 6h25, le bus le prend à 7h10 et il ne rentre pas avant 17h30. Soit des journées plus de 10h00... Après quoi il lui reste encore la logopédie 3 jours de la semaine ouvrée puis juste le temps de manger avant de se coucher à 19h30 tellement il est fatigué, épuisé! Même pas le temps de jouer ou de se poser. Chauffeur et convoyeuse sont adorables, néanmoins partir à 7h10 pour commencer les cours à 8h30, c'est rajouter du stress et des contraintes à un enfant pour qui l'apprentissage est déjà si difficile. Beaucoup d'adultes qui décident ce genre d'horaire pour ceux qui ne peuvent pas le décider seul (ou même exprimer leur désaccord) ne le tolèreraient pas pour eux-mêmes ou leurs propres enfants... C'est en effet intolérable! J'approuve et félicite ceux qui ont eu le courage de créer ce site, pour le bien de tous ces petits que la vie n'a pas épargnés mais à qui les pouvoirs publics pourraient bien épargner d'aussi longues navettes.

  • Les transports scolaires... tout un poème...
    En effet, mon fils, scolarisé à Ciney peut bénéficier du transport scolaire le matin comme le soir.
    Super direz-vous. Je ne dois pas m'organiser pour le transport et devoir dès le matin m'énerver. J'ai fait le test. le car nickel, l chauffeur agréable et la convoyeuse très attentive envers mon fils. Je devrais être enchantée, donc; ...
    Râté... Lucas doit prendre le car à 6h35 et rentrer à 18h. Belle journée pour un enfant quand on sait que l'école a pour horaire 9h00 15h30
    Il doit se lever à 5h30 et quand il rentre doit vite souper, au bain etdodo. et oui il est fatigué.
    ... STOP ...

    J'ai donc décidé de lui épargner celà, je me charge des trajets aller retour je dois me dépêcher tout le temps ou trouver un arrangement quand je ne peux pas être à l'heure. Je fais 150 km minimum par jour. plus de temps pour rien plus d'activités extrascolaire...
    (... suite au 54)

  • (... suite du 53) Est-ce normal? Nous sommes pénalisés parce qu'il est reconnu handicapé, il est autiste diabétique et épileptique, il va en enseignement spécialisé et croyez-moi ce n'est pas facile de trouver l'école qui convient.
    Je ne suis malheureusement pas un cas isolé, je suis en colère car non seulement je n'ai pas un enfant gâté par la vie mais en plus je dois prendre sur moi pour lui être disponible. Il faudra probablement que j'arrête de travailler pour assurer les transports quand il passera en secondaire et afin d'éviter trop de kilomètre, l'attendre dans ma voiture.
    Quelle belle vie, n'est-ce pas?

    Bonsoir à tous
    Une maman quelque peu déstabilisée et démoralisée... mais qui s'accroche pour le bien-être de son fils.

  • Bonjour,

    Toute mon estime et celle de notre famille pour les gens qui s'occupent de défendre nos petits anges. Mon fils doit passer 4h00 par jour dans le bus. Depuis le 6/9 il ne va plus à l'école, car la prise en charge à 6h40 ne correspond pas avec les heures de prises de ses médicaments quand il rentrait le soir il explosait littéralement de rage puis s'endormait. Avec 3h de bus par jour; vous voulez un drame dans le bus. Pas question de mettre en danger mon fils ou celui de quelqu'un d'autre il n'y peut rien lui ( maladie de smiths magénis). Pour répondre à un poste Mr inspecteur général mon fils rentrait, souillé presque tous les jours, car pas de pose pipi dans le bus, affamé car plus rien à boire ni à manger depuis midi. On parle d'enfant handicapé, le mien ne sait pas faire une phrase, ni s'acheter un sandwich avant de prendre le bus encore moins ouvrir un jus, il a 9ans et un âge mental de 3ans 1/2 mes 3 autres enfants sont à 8h00 à l'école et rentre à 18h00, mais ils savent se débrouiller et un stress ne leur provoque pas des crises de colère ou de mutilation. Chaque chose à sa place s.v.p.!

  • C'est incompréhensible qu'on ne puisse faire quelque chose pour faciliter le trajet scolaire de ces enfants ... on fait tout pour essayer de les intégrer dans la société, mais celle-ci les rejettent sans réellement essayer de faire des efforts ... pourquoi ne pas mettre sur pied le projet d'octroyer aux écoles spécialisées des camionnettes adaptées pour le transport des enfants ? ... Celles-ci pourraient donc faire des trajets directs en prenant les enfants de la région concernée ... tout cela réduirait déjà considérablement le temps du trajet vers ces écoles. Bien à vous

  • Je me sens concerné au titre d'ami d'une personne dont le fils se trouve confronté à ce délicat problème de transport scolaire. Mon commentaire se trouve être politique et politique des moyens.Nous vivons dans un pays où la solidarité sociale est forte via des caisses communes qui protègent de la détresse : chômage, maladie,vieillesse ...Nos grands-parents ont très souvent cotisé toute une vie à ces caisses, nous avons cotisé et continuons de le faire. Il est donc clair que nos enfants ont un droit entier d'avoir accès à tout moyen nécessaire pour une éducation digne, adaptée et raisonnable dans son organisation. Dès lors, ne refusez jamais à ces réels ayants-droit de les aider par faute de moyens, car je vous poserai la question très simple (voire simpliste):pourquoi donnez-vous accès à ces même caisses à des personnes n'y ayant jamais cotisé ? Pourquoi dites-vous manquer de moyens vis-à-vis d'ayants-droit légaux et justifiés alors que ces mêmes moyens sont attribués sans discernement à d'autres n'ayant strictement aucun droit ? Si vous y voyez un propos raciste, veuillez m'en excuser : ce n'est que l'expression d'un désespoir total dans la façon dont sont gérés les deniers publics. Arbitrairement,de façon exagérément dépensière, injuste et inadéquate.

  • Qui pourrait supporter une durée de trajet en transport en commun de 2h30 le matin et près de 3 heures le soir ? C'est pourtant ce que le TEC propose à notre fils de 14 ans pour ses trajets scolaires. Ce n'est pas humainement tenable à mon sens. Merci de votre combat pour nos enfants.

  • Directrice d'école, je suis sidérée du temps et des tergiversations pour un sujet aussi capital que le bien être de ces enfants en grande difficulté. C'est une priorité ABSOLUE!! Des fonds DOIVENT être débloqués de suite!! Des petits véhicules adaptés doivent être mis en circuit immédiatement!! Peut-on encore croire le le bon sens existe!

  • Je suis scandalisée par le fait qu'il soit permis que des enfants fragilisés et ayant parfois des troubles du comportement importants puissent être livrés à eux-même pendant de longs trajets et ce, pour pouvoir être scolarisés. Qu'arriverait-il en cas d'accident, de panne, de malaise du chauffeur ou de problèmes graves du comportement???????? Je n'ose l'imaginer!

  • Ma fille, 12 ans, va à Braine l’Alleud (école de type 3) elle prend le bus scolaire au départ de Bruxelles. Le temps qu’elle passe dans le bus est un véritable calvaire.

    Elle se lève le matin à 5h30 pour prendre le bus à 6h15 afin d’être à l’école à 8h45, elle termine les cours à 15h25 pour rentrer le soir aux alentours de 18h.

    Le soir il y a encore les devoirs à faire, elle dine, se douche et va se coucher, pas de temps pour les loisirs ou simplement se détendre un peu …. Le mercredi elle passe plus de temps dans le bus qu’à l’école!! Elle est fatiguée, démoralisée, elle pleure, voudrait ne plus devoir prendre le bus...

    La situation est encore pire pour le petit garçon qu’on vient chercher avant elle le matin et qui est le dernier à descendre du bus le soir.

    Les enfants au départ de Bruxelles sont nombreux, ne pourrait-on pas envisager un deuxième transport? N’y a-t-il pas moyen de modifier le circuit et faire en sorte que les enfants qui prennent le bus le plus tôt le matin soient également les enfants qui rentrent le plus tôt le soir afin d’écourter le temps passé dans le bus par jour? Cette situation est honteuse, intolérable!!!

    En espérant que nos voix soient entendues!

  • Il n'est pas normal que dans une société dite "développée" comme la nôtre, nous soumettions des enfants à de telles maltraitances organisées, car il s'agit bien de cela ! La qualité d'un pays se juge à l'attention qu'il porte à ceux qui ont le plus besoin de son soutien: enfants, personnes âgées, personnes en difficultés en tout genre. Autant dire, que dans ce cas-ci, nous sommes loin d'être à la hauteur. Quand les autorités politiques feront-elles leur travail plutôt que de perdre leur énergie dans des disputes imbéciles entre communautés ? C'est dans le quotidien de chacun que nous les attendons.

  • En mars 2012, pas de changement...et cela n'est pas faute de démarches,ma fille endure 1h30 de trajet depuis peu ,car des personnes théoricienne ont eu la "bonne initiative de la changer de trajet,elle a en plus de ses obligations scolaires un extrascolaire bien rempli,mais cet extra scolaire se résume à de la kiné et apres cela sa vie se résume au : métro boulot dodo!!
    Merci pour elle!!!

  • Je vous remercie de votre combat pour le bien-être de ces enfants qui en ont tant besoin.
    Heureusement, elle a changé d'école et va maintenant à Braine-L'Alleud et les trajets sont plus raisonnables.
    Ma fille de 9ans était scolarisée à Rixensart et nous habitons Nivelles, elle était prise en charge pas le bus scolaire à 6 h 30 et rentrait à la maison à 18 h 15. C'était invivable!